La Finlande, la Suède, la Norvège et le Danemark ont annoncé la suspension du vaccin Moderna

Ces derniers jours, quatre pays du nord de l'Europe ont annoncé qu'ils suspendaient en partie le vaccin développé par Moderna. La Finlande et la Suède l'ont ainsi interdit chez les hommes de moins de 30 ans, tandis que le Danemark et la Norvège l'ont formellement déconseillé pour les moins de 18 ans. En cause, le risque plus important pour cette catégorie de la population de développer une myocardite, selon les experts.

Source : France soir


"Une étude scandinave associant ces quatre pays a établi que les hommes injectés avec le Spikevax de Moderna et âgés de moins de 30 ans avaient un risque légèrement accru de développer une inflammation du myocarde", a justifié lors d'un point presse Mika Salminen, directeur de l'Institut finlandais pour la santé et le bien-être. "La plupart de ces cas d'inflammation du myocarde sont bénins et passagers, guérissant d'eux-mêmes en quelques jours, mais il y a un risque."


Le développement d'une inflammation du myocarde "est un risque connu de ces vaccins", a réagi ce vendredi sur LCI le Pr Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale. Il assure que les données françaises sont suivies "de très près" par l'agence nationale du médicament. "Le risque existe, mais si nous le comparons à celui de développer une atteinte cardiaque beaucoup plus sévère liée à la maladie, il est bien moindre."

Dès lors, "l'analyse bénéfice-risque reste tout à fait positive", d'après le Pr Fischer, selon qui "l'inflammation est transitoire et s'estompe en quelques jours". "Il faut être vigilant, transparent, mais ne pas s'inquiéter", a-t-il conclu.


Les propos de ce dernier laissent dubitatif, lorsque l'on connait les statistiques, qui depuis le début de l'épidémie nous montre que les jeunes de 0 à 19 ans ne sont pas touchés par la maladie.

En effet, seul 13 décès sur cette tranche d'âge sont à déplorer, étant atteints de graves comorbidités, ne permettant pas de mettre en cause la maladie pour leur décès.


Rappelons que les jeunes n'ont aucun bénéfice individuel à recevoir cette technologie, quand bien même les instances prônant la vaccination altruiste.

A ce jour les données ne permettent pas de dire que le vaccin empêche la transmission du virus. Pourquoi donc parler d'altruisme lorsque l'on sait quels sont les risques liés à la vaccination?

Le bénéfice/risque pour cette population n'est pas discutable ! A l'évidence, il ne leur est pas favorable.

153 vues

Posts récents

Voir tout